CRYOTHÉRAPIE

Quelques Études scientifiques sur ce sujet :

Naughton, Miller & Slater en 2018, ont identifiés différentes stratégies pour améliorer la
récupération après un exercice, une activité ayant engendré des dommages musculaires
par impact

Résultats :

L’immersion dans l’eau froide ou le recourt à la Cryothérapie, ont un
effet POSITIF sur les
COURBATURES et les DOMMAGES
SECONDAIRES = RÉPONSES INFLAMMATOIRES

En 2019, Christophe HAUSSWITH & François BIENZEN, chercheurs à l’INSEP, ont menés une
étude pour quantifier les éventuels bienfaits des récupérations de type Cryothérapie Corps
Entier (CCE) et Infrarouge (chaleur), sur la recupération musculaire après un exercice
épuisant de course à pieds (ex. : trail)

Résultats :

  • La Force musculaire est améliorée plus rapidement après une CCE, comparée à une récupération sous infrarouge (1h contre 24h)
  • Les réactions inflammatoires sont affectées = - de marqueurs inflammatoires.
  • Perception de Fatigue et de Douleurs sont également affectées positivement par la CCE.

Rapport de l’inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) en 2019 :

D’après une étude évaluant la CCE et les différents impacts sur 3 facteurs de santé. protocole,
utilisation répétée de la CCE 2 à 3/jour, sur une durée de 3mn par séance.

Résultats sur les marqueurs

• MARQUEURS INFLAMMATOIRES :

Diminution des taux de concentration de cytokine pro-inflammatoire.

• MARQUEURS DE STRESS OXYDATIF :

Le stress oxydatif est une agression des cellules par des radicaux libres, produits en permanence
par l’organisme = il est REACTIF & TOXIQUE !!

On observe, une diminution de la réaction oxydatif.

La répétition des séances de CCE, augmente le statut des défenses auto-oxydante de
l’organisme, une augmentation du statut anti oxydante total de l’acide urique (= témoin du stress
oxydante total de l’organisme ; Miller & Markiewicz 2012).

Une étude récente, affirmerait que des séances répétés de CCE 2 à 3 fois par jours, pendant 1
semaine, n’augmenteraient pas le stress oxydatif pour les patients atteints de souffrance
d’arthrite active (ex. : polyarthrite rhumatoïde).

• MARQUEURS DU SYSTEME NERVEUX :

La répétition de séance de CCE a un effet sur la conduction électrique.

Les cellules nerveuses ont un potentiel électrique de repos (PER) dû à une répartition inégale des
concentrations de Sodium et de Potassium de part et d’autre de la membrane cellulaire.

Quand la cellule nerveuse myélinisée reçoit une stimulation, les échanges ioniques, qui évoluent
pas à pas, permettent à un potentiel d’action de se propager de manière saltatoire.

Dans le maladie de la Sclérose en Plaque, la démyélinisation entraine des blocs de conduction,
sensibles à la température : le chaleur augmente les conséquences de ce bloc de conduction, à
l’inverse du refroidissement (Smith & Mcdonald 1999).

Les INDICATIONS a la CCE :

Issues d’une conférence de consensus, des 17 et 18 février 2006
à l'occasion du deuxième séminaire autrichien consacré à la cryothérapie du corps entier :

1. Rhumatismes inflammatoires des articulations et de la colonne vertébrale ;

2. Rhumatismes dégénératifs des articulations et de la colonne vertébrale ;

3. Rhumatismes articulaires ;

4. États douloureux chroniques ;

5. Troubles de la régulation du tonus musculaire en cas d'infirmité motrice cérébrale,
de sclérose en plaques et de contracture musculaire ;

6. Psoriasis avec ou sans atteinte articulaire ;

7. Névrodermite ;

8. Contusions, foulures, suites d'opérations chirurgicales des articulations et de la
colonne, lésions de l'appareil locomoteur et de soutien ;

9. Optimisation des performances sportives et dans la rééducation médicale .
Selon cette déclaration de consensus, des résultats positifs auraient été constatés en
cas de

- Troubles du sommeil chroniques d'origine non organique et liés à des douleurs ;

- Troubles primitifs de la régulation circulatoire accompagnée d’hypotonie vasculaire ;

- Réactions sympathiques ou parasympathiques ;

- Réduction des performances psychophysiques générales ;

- Asthme ;

- Troubles de la coordination des mouvements (assortis de troubles de la proprioception) -

Maladies intestinales chroniques inflammatoires ;

- Syndrome des jambes sans repos et mouvements périodiques des jambes pendant
le sommeil.

Liste des traumatismes et maladie pour lesquelles le traitement en chambre cryogénique a des bienfaits :

- Polyarthrite rhumatoïde-Ostéoporose-Maladies des disques intervertébraux :
Discopathie, Ischialgie.- Arthrose cervicale chronique ;

- Fibromyalgie (maladies rhumatismales des tissus) ;

- Inflammation péri articulaire des tendons, de la capsule articulaire et des muscles ;

- Traitement de la douleur chronique et pathologique chez les malades soignés de
manière traditionnelle ;

- Traitement de la spasticité impulsive et centrale des muscles dans le processus de
réhabilitation neurologique-Aigus et anciens traumatismes sportifs et postopératoires ;

- Spondylarthrite chronique du jeune âge-Spondylarthrite ankylosante ;

- Dégénérations des articulations et de la colonne vertébrale ;

- Dégénérations et surcharges de l’épaule;

- Neuralgie des nerfs périphériques ;

- Enthésopathies : par ex. épicondylite, éperon calcanéen, maladies des
insertions des muscles ;

- Maladies des organes locomoteurs dues au métabolisme : diathèse urique ;

- Maladies des tissus périarticulaires, des tendons, des ligaments ;

-Sclérose en plaques;

- Maladie de Suddeck ;

- Maladies postopératoires comme par ex les crampes dans les articulations, les tuméfactions après les
opérations des seins, de la main, de la mâchoire, des cicatrices
douloureuses, des abcès des os, des fistules, des infections locales ;

- Poliomyélites enfantines ;

- Régénération biologique : des adultes surmenés physiquement
et/ou psychiquement ;

- Récupération musculaire ;

- Maladies des racines ;

- Maladie de Parkinson ;

- Paralysie des plexus et des nerfs périphériques ;

- Etats de santé suite aux interventions sur le système nerveux central ;

- Etats après les interventions sur le système central nerveux ;

- Thrombophlébite aiguë superficielle, hémorragie nasale, péritonite (inflammation
aiguë à l’intérieur de la cavité abdominale).

Acceuil